www.lumenc.org DUCCIO di Buoninsegna, Guérison de l'aveugle / Healing of the Blind Man, 1308-11, Detail, Tempera on wood, 43 x 45 cm, National Gallery, London
  Temoignages

Témoignages

L'étincelle - no. 3 août 2004

L'étincelle - no. 2 octobre 2002

L'étincelle - no. 1 mars 2002

Google

lumenc web

 

  
Rien Accueil Maladies Témoignages Interaction

L'étincelle

Bulletin d'informations sur les activités de la Clinique de santé de l'âme Lumen Christi

No. 3 août 2004

La Transfiguration de Notre-Seigneur
Fête fondatrice de la Clinique de santé de l'âme Lumen Christi

C'est le 6 août de l'an 2000 que fut inaugurée la Clinique de santé de l'âme Lumen Christi. Ce ne fut pas par hasard mais bien en raison d'une disposition de la Providence, le mystère de la Transfiguration donnant tout son sens à l'oeuvre de réhabilitation morale et spirituelle poursuivie par la Clinique.

Nous sommes tous, à différents degrés, des êtres défigurés par nos maladies spirituelles, par nos misères, par nos péchés. Créés à l'image de Dieu, Lumière source de toute lumière et donc créés lumineux, nos désordres moraux, notre éloignement de Dieu, nous ont jetés dans de douloureuses ténèbres, soumis à l'influence de Lucifer, le prince des ténèbres. C'est ainsi que sous le coup d'une sorte d'aveuglement spirituel, nous avons perdu la capacité de voir Dieu, de contempler la splendeur de sa face, qui rayonne sur toute son oeuvre. Rien n'est plus souffrant et dégradant pour une âme qui porte en elle l'empreinte de Dieu, qui se sait faite par Dieu et pour Dieu et qui sent en elle un désir constant de s'élever vers Dieu, que de marcher dans les ténèbres, de tomber sans cesse dans un chemin privé de toute lumière et de descendre de plus en plus bas dans les antres obscurs où l'entraînent les passions dont elle est devenue l'esclave.

Cette âme sera tentée de désespérer. Et elle aurait raison de désespérer, s'il n'y avait pas de salut possible, s'il n'y avait pas un sauveur tout près d'elle qui l'attend et lui tend les bras. Ce Sauveur, c'est Jésus, lumière née de la lumière, parfaite image du Père, portant en lui la gloire infinie de Dieu, qui est le Règne de Dieu, dans lequel il veut entraîner tous les hommes. Ce Règne de Dieu, incarné en Jésus-Christ, descend dans les abîmes les plus profonds de la misère humaine pour appeler chaque âme en particulier à recouvrer sa liberté, à se relever de sa déchéance, à découvrir le seul vrai chemin de la lumière, du bonheur, de la paix et de la joie intérieures.

Tant qu'une âme ne se tourne pas vers Jésus, vers son unique Sauveur tout près d'elle, elle reste aveuglée, triste, parce qu'esclave d'un comportement désordonné. Le Coeur de Jésus, rayonnant de compassion et d'amour est la seule espérance des âmes blessées, dont le regard obscurci peut soudain s'illuminer en répondant à l'appel de Jésus. Cet appel de Jésus, qui veut libérer les âmes des malheurs dans lesquels elles sont tombées, se fait pressant, et il est constant. Parce qu'il aime les âmes à la folie, rien n'arrête cet appel, car il comprend la faiblesse humaine et il en a compassion ; ce qui peut l'arrêter ne peut être qu'une mauvaise volonté invétérée, un enfermement volontaire de l'âme dans sa misère, un repliement complet sur elle-même. Mais aussi misérable et faible que soit une âme, si elle veut bien s'ouvrir à Jésus, écouter son appel, les plus grands espoirs sont permis pour elle. Ces espoirs sont ceux d'une guérison complète de tout ce qui fait mal à l'âme, d'une libération totale du mal, d'une montée perpétuelle dans la lumière de Dieu, d'une véritable transfiguration spirituelle.

La transfiguration du Christ, le resplendissement de la lumière de Dieu dans son corps, le rayonnement magnifique de sa divinité sur son humanité, cette merveille est une image de ce que, dans son amour purement gratuit, il veut faire en chaque âme. Non seulement la racheter, la tirer de son esclavage, la réhabiliter comme créature libre faite à l'image de Dieu, mais encore la faire entrer dans la gloire de Dieu, la faire participer à la joie infinie de Dieu, la faire régner avec lui dans son règne de lumière et d'amour. Le chemin qui conduit à cette entrée dans le mystère de la transfiguration du Christ est celui de la foi en son Évangile, de la conversion des coeurs en leur divin Sauveur.

C'est sur ce chemin merveilleux de conversion à Jésus, à sa lumière, que la Clinique de santé de l'âme Lumen Christi veut, avec l'aide toute-puissante de la grâce, conduire les âmes qui souffrent d'autant plus qu'elles sont plus loin de Jésus. Pour toutes ces âmes, il y a de l'espoir, il y a une solide espérance qui consiste en l'amour inconditionnel de Jésus pour elles. Plus elles auront le courage de répondre aux appels de Jésus, de se détourner de ce qui les rend malheureuses pour se tourner vers la source de la lumière qui jaillit de son divin Coeur, plus elles pourront dire avec saint Pierre : "quel bonheur, Seigneur, que d'être avec vous, que d'être dans votre lumière, dans votre paix, dans votre joie!"

J.R.B.


TÉMOIGNAGE

La vie d'un homme ne dépend pas de ses richesses (Luc 12, 15)

Voilà bientôt trois ans que je chemine à la Clinique de santé de l'âme Lumen Christi. J'y suis arrivée avec l'oeil inquisiteur et l'esprit vérificateur, ayant été influencée durant ma vie par la lourdeur de la psychologie. Elle m'avait laissé un goût extrêmement amer et pour rien au monde je ne voulais reprendre ce chemin d'analyse interminable. Après avoir exposé mes besoins et débuté une thérapie spirituelle, j'ai pu me rendre compte graduellement du principe directeur de la Clinique. Ce dernier, étant de nous tourner et de nous retourner vers Jésus-Christ, le seul médecin qui soigne et guérit les âmes complètement et profondément.

J'ai l'impression d'y être arrivée en petits morceaux et de me reconstruire au jour le jour. L'épuisement que je vivais à ce moment, me rendait vulnérable aux crises d'angoisse, à l'inquiétude, aux peurs, aux scrupules... En fait, à plusieurs virus des maladies de l'âme... L'image que j'avais de moi-même, venait de s'effondrer. Sans que je le sache, Dieu me faisait un cadeau, en me guidant vers la Clinique de santé de l'âme, car la disposition physique et intérieure dans laquelle j'étais à ce moment, me propulsait à m'ouvrir et à prendre le Chemin de la Vérité. Cependant, il me fallait une personne expérimentée pour m'accompagner dans cette démarche. Je sentais que je n'avais pas le choix d'extraire le venin qui était en moi, car il s'agissait d'un besoin tellement intense, que j'avais l'impression de choisir entre vivre ou mourir. Le tout ne s'est pas fait sans humiliation, puisque l'on m'a enseigné rapidement que "l'humilité, c'est la Vérité" J'y reviendrai.

De plus, mon bagage du passé était rempli de dépendance affective (d'une façon spéciale avec mes parents), de méfiance (parce que déçue de différents(es) amis(es), de perfectionnisme,d'une habitude à me mentir, à être indécise parce qu'étant constamment en recherche d'approbation (par exemple, pour de simples achats). Ce bagage débordait également d'un sentiment profond d'insécurité, parce qu'ayant un père présent pour mes besoins matériels, mais absent sur le plan de l'intériorité et des interventions familiales; une mère à l'écoute et cherchant différents formes d'aide, mais débordée par l'ampleur de la tâche et donc sujette à la violence verbale, étant donné son passé, etc.

Tout cela a contribué à former la personne malade que j'étais devenue et que je suis encore, puisque la guérison est graduelle. "L'humilité, c'est la Vérité" et le travail que j'ai fait jusqu'à maintenant pour me rapprocher de Dieu, ne se fait pas sans effort. Cependant, Jésus nous a fait une promesse : " ...la Vérité vous libérera" (Jean 8, 32) Pour guérir des maladies de l'âme dont je suis atteinte, j'ai dû prendre une décision. Celle de persévérer dans ma recherche de Vérité et surtout d'en faire une priorité. Ne pas céder à la tentation de croire que je perds mon temps et être assidue aux rencontres, sont deux autres points qui m'ont aidée à avancer en eau profonde. "C'est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie", nous dit Jésus (Luc 21, 19). Voilà le phare lumineux que je fixe, pour ne pas m'arrêter en chemin.

Après trois ans de cheminement, les fruits récoltés sont nombreux, d'autres ne sont pas mûrs, d'autres sont en floraison, d'autres n'ont peut-être pas commencé à croître. Je suis parfois surprise de ma récolte, parce qu'elle est parfois inattendue. Récemment, alors que j'étais hospitalisée, j'ai pu goûter la paix de Dieu. J'avais le coeur à la louange. Il m'est même arrivé de chanter. La raison pour laquelle j'étais hospitalisée, m'aurait dans le passé rendue si nerveuse, que mon estomac s'en serait trouvé comme noué, Dans une telle situation, j'aurais donc mangé à peine et avec peine, mais je me rendais compte que je vivais cette situation bien autrement.

J'ai aussi appris à me dégager de l'opinion des autres sur moi ou sur un sujet qui me tient à coeur. Avec la grâce de Dieu, je suis parvenue à briser le mécanisme de la culpabilité excessive et de l'infériorité, J'arrive à rester debout dans la critique, sans tout remuer autour de moi et sans me démolir de l'intérieur. Je reprends lentement et progressivement confiance en l'autre, en brisant l'isolement dans lequel les déceptions m'avaient plongée.

À présent, j'ai besoin de relations vraies avec mon entourage. Je choisis l'acte d'humilité qui reconstruit les blessures que je peux occasionner, plutôt que la fuite ou le mensonge. Pour rien au monde je travaillerais à me faire accepter des gens. Je tiens à respecter les autres et à me faire respecter, mais je tiens également à me respecter. Je me présente telle que je suis, avec mes talents, mes goûts, mes besoins, mes défauts. Je tiens à être appréciée pour ce que je suis et je ne cherche pas de laissez-passer pour être acceptée dans la société. Ça ne se fait pas sans combat, mais avec l'aide et la grâce de Dieu, tout est possible.

Tout compte fait, la Clinique de santé de l'âme Lumen Christi me guide sur le vrai Chemin et vers Celui qui est le Chemin. J'ai enfin trouvé ce que j'ai cherché tellement longtemps. Je suis heureuse et je me sens privilégiée de pouvoir être ainsi accompagnée. C'est une véritable grâce pour l'Église que ce foyer de lumière. La lumière qui jaillit du coeur de Jésus-Christ devient ma principale source de force et sa douceur me donne le courage de persévérer. Je sais maintenant, que la vie d'un homme ne dépend pas de ses richesses (Luc 12, 15), mais que sa richesse est en Dieu.

Marie Camille


Logo

La symbolique de ce logo

Jésus-Christ est la lumière du monde
Il est l'espérance de toute âme qui aspire à la santé et au bonheur
Jésus-Christ est la lumière resplendissante dont les rayons de grâces jaillissent de sa sainte croix recouvrant la face de la terre
La lumière du Christ brille par-dessus tout dans son Eucharistie, enfouie au coeur du monde
Jésus-Christ est, pour toute âme qui doit faire face à de graves tempêtes intérieures, l'ancre du salut
C'est en étant illuminée par la lumière du Christ, c'est en s'attachant solidement à son divin Sauveur, c'est en s'ancrant dans son Coeur que toute âme, fût-elle bien malade, peut recouvrer stabilité, santé, paix et joie.

YT Source http://www.lumenc.org/yt/tem_etinc_3.htm

© 2002-2018 www.lumenc.org Tous droits réservés | Réalisation
Version pour
imprimante  Imprimer
Commentaires
Recommander
Menu